Monsieur le Recteur,
Mesdames et Messieurs, en vos titres et qualités,
Bonjour,

Voilà déjà 200 ans que notre université fait battre le cœur de la Cité Ardente. Elle a traversé les époques en démontrant au fil du temps la puissance institutionnelle qu’elle représente. Son rôle indiscutable dans l’équilibre social, culturel et économique de notre province n’est plus à démontrer.

En tant que jeune et à travers mon titre de président de la Fédé des étudiants de l’Université de Liège, je suis honoré, au nom de toute l’équipe, de pouvoir participer à l’écriture d’un nouveau chapitre de l’histoire de notre institution bicentenaire. Même si je ne prétends pas recevoir autant d’honneurs que l’incroyable Nafissatou Thiam qui représente aujourd’hui plus qu’une fierté liégeoise. Elle incarne aussi un nouveau souffle, un avenir et un espoir pour la jeunesse étudiante, autant que pour l’athlétisme belge. Je reste convaincu, plus que jamais, que nous sommes tous porteurs de l’avenir de l’ULiège, chacun à notre échelle.

Voilà déjà trois ans que j’ai décidé avec d’autres de m’investir dans la vie universitaire via la Fédé. Un regard novateur, un dynamisme sans limite et une certaine naïveté nous poussent à déplacer des montagnes, pour les étudiants qui chaque jour rythment la vie universitaire. C’est ce qui me conduit à rester plus que jamais convaincu du bon sens du pont qui est tendu entre l’institution et la Fédé. L’application co-voiturage est d’ailleurs un parfait exemple de cette dynamique. Inaugurée à l’occasion de ce 200e anniversaire, elle démontre l’impact d’une fédération bien construite entre le corps professoral, les étudiants et les employés de l’Université. Vous me voyez ainsi convaincu de la légitimité et de l’importance de poursuivre cette coopération pour d’autres projets à mener à bien dans un futur proche.

En portant un regard vers l’avenir, j’ai l’espoir que notre université sera un jour totalement ouverte aux étudiants internationaux et qu’elle sera véritablement connectée au monde culturel, économique et social qui nous entoure. Sous le sigle « Je serai étudiant en 2030 », j’ose espérer que les cours resteront proposés de manière ex-cathedra, tout en étant soutenus par de nombreux supports numériques et technologiques comme la réalité augmentée, et que nos professeurs deviennent ainsi des orateurs partenaires de projets.
Associer l’humain à l’évolution promet, selon moi, un avenir de savoirs et de connaissances sans frontières.
Joyeux Bicentenaire,

Laurent Radermecker
Président Fédé-ULiège

©Photo: ULiège – M. Houet